Cet été je teste les sports « outdoor »

Cet été je teste les sports « outdoor »

Les conseils de l’aventurier Thomas de Dorlodot

Mardi 20 juin 2017 — Thomas de Dorlodot est l’une de ces Belges au destin hors du commun dont la vie fait rêver : professionnel en parapente, il pratique aussi l’alpinisme, la rando, le kayak ou encore la voile. Sa passion semble n’avoir aucune limite : avec son Search Projects qui a pour ambition de dénicher les plus beaux « spots » de parapente du monde, la nécessité d’un bateau pour accéder aux coins les plus reculés s’est vite fait sentir. Qu’à cela ne tienne, il part dans un mois pour un tour du monde de 3 ans en voilier au départ de Bruxelles. Mais avant, il livre quelques conseils utiles à ceux qui se sentiraient l’esprit aventurier avec l’arrivée des beaux jours.

Randonnée

Gérer ses itinéraires :

Pour ceux qui se sentent appelés par la sérénité de la marche dans la nature, hors des sentiers battus, Thomas de Dorlodot rappelle l’importance de bien gérer ses itinéraires, ce qui suppose d’en connaître les dénivelés qui nécessitent plus d’efforts physiques et de temps. Il en profite au passage pour marquer les lieux exceptionnels qu’il souhaiterait revisiter plus tard ou partager avec d’autres personnes sur ses cartes Garmin.

Connaître ses limites :

Pour éviter de se fatiguer inutilement et contrôler son rythme de marche, Thomas de Dorlodot bénéficie des données encodées dans sa montre Fenix 5. Une aubaine pour éviter de sur-solliciter son corps ce qui serait totalement contre-productif, connaître ses temps de repos nécessaires en fonction de sa condition physique (remontée de l’acide lactique, etc.), et voir ses progressions : "J’effectue plusieurs fois par an des tests à l’hôpital et je suis toujours étonné de constater à quel point les résultats de toutes ces machines sophistiquées sont proches des données que me fournissent déjà ma montre," confie le sportif.

Veiller à sa sécurité :

Les données GPS auquel donne accès sa montre sont capitales pour être rapidement retrouvés en cas de besoin. Le matériel choisi doit être solide, comme la Fenix 5, capable de supporter les intempéries et chocs sans ciller. La boussole intégrée particulièrement utile en montagne, pour garder une visibilité sur l’itinéraire et les distances à parcourir, idéal par temps de brouillard.

Etre connecté :

Grâce à son GPS Inreach connecté au satellite, Thomas de Dorlodot peut, s’il le souhaite, recevoir directement les messages ou emails importants à son poignet.

Parapente

Choisir les meilleurs spots :

L’expert recommande de démarrer par les faces exposées à l’Est : ce seront les premières exposées au soleil, qui, en plus d’une chaude caresse matinale, vous fera bénéficier des ascendances thermiques qui favoriseront la prise d’altitude. Il les calcule très facilement grâce à sa boussole et peut gérer son altitude tranquillement, d’un regard sur son poignet.

Capter la magie :

Pour faire profiter les autres de la beauté des paysages accessibles en parapente, Thomas de Dorlodot attache une caméra dans sa voile qu’il actionne directement avec sa montre Garmin, connectée par Bluetooth. On n’imagine pas toutes les options que la montre offre. Je m’en sers même parfois pour piloter mon bateau ! raconte-t-il.

Rester smart :

Ses périples en parapente ont parfois conduit Thomas de Dorlodot dans des situations étonnantes et inattendues. Heureusement, il connait déjà l’heure locale, sa précieuse alliée se réglant automatiquement aux fuseaux horaires et s’adapter aux nécessités de la vie sociale, en changeant de bracelet, du plastique pour du cuir, en un clin d’œil.

La montre conseillée par Thomas de Dorlodot : Fénix 5 

Garmin Fenix 5
Copyright Thomas de Dorlodot
Fenix 5

Published with Prezly